Quel est le montant de la taxe due pour la voiture de société ?

Quiconque utilise une voiture de société à titre privé doit payer des taxes pour cet avantage pécuniaire : soit sous la forme d’une somme forfaitaire, soit par le biais d’une facturation individuelle avec un carnet de route du conducteur. Notre programme de calcul détermine la variante la plus favorable.

En principe, l’administration fiscale taxe la voiture de société selon la méthode forfaitaire.
Le bureau des impôts prend en charge le prix catalogue de la voiture. De ce montant, l’employé doit payer un impôt mensuel de un pour cent à titre d’avantage non monétaire. Si la voiture coûte au total 50.000 euros, le salaire brut augmente de 500 euros par mois.

Au lieu de payer une taxe forfaitaire sur l’utilisation d’une voiture de société, vous pouvez également tenir un journal de bord et compenser le coût de la voiture par l’avantage monétaire. Notre programme de calcul détermine la méthode que vous utilisez pour payer moins d’impôt.

Variante 1 : La méthode du un pour cent

Avec la méthode du 1 %, l’administration fiscale applique un taux forfaitaire de 1 % du prix courant par mois comme avantage non pécuniaire qui doit être imposé. Le prix catalogue est composé du prix de détail recommandé par le fabricant au moment de l’enregistrement initial, du coût de l’équipement spécial et de la taxe sur la valeur ajoutée. Le prix catalogue s’applique également si la voiture de société était moins chère ou achetée d’occasion.

De plus, 0,03 % du prix catalogue par kilomètre est ajouté pour la distance entre le domicile et le lieu de travail. Les distances-kilomètres sont arrondies au kilomètre supérieur.

Une condition préalable à la méthode du 1 % est que plus de 50 % de la voiture de société soit utilisée à des fins opérationnelles. Si l’usage privé prédomine, la méthode du journal de bord du conducteur doit être appliquée.

Variante 2 : Le journal de bord

Ceux qui prouvent au moyen d’un carnet de route qu’ils n’utilisent la voiture de société que dans une certaine mesure à titre privé ne doivent payer que l’impôt sur cette partie. Cela permet d’économiser plusieurs centaines d’euros par an sur une voiture chère. Karl Heinz Däke, ancien président de l’Association des contribuables, conseille donc : « En principe, nous recommandons de tenir un journal de bord – surtout s’il s’agit d’un véhicule très coûteux et peu utilisé à des fins privées ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *