Conseils pour une vie plus heureuse

Etre heureux n’est pas un problème. C’est quelque chose de très difficile, inatteignable, un état corps-esprit atteint quand on a « des cercles fermés », « on est en paix avec soi-même », « on a tout ce qu’on veut » et il y a même ceux qui disent que « le plus heureux n’est pas celui qui a le plus, mais celui qui a le moins besoin ». Notre bonheur peut être une affaire. Sans elle et le désir de tous de la rejoindre sans savoir comment, la publicité n’existerait pas, Jorge Bucay vivrait de quoi, Paulo Coelho aurait écrit tout ce temps, que seraient les livres d’auto-assistance ? Je m’en sers pour les mettre sur ma petite échelle Ikea, qui est trop petite, y grimper et accéder aux livres que j’ai sur l’étagère la plus haute. C’est ainsi qu’ils accomplissent leur dessein : ils m’élèvent.

 

Jour du bonheur

Je crois de moins en moins au bonheur comme quelque chose de mystique, je le comprends en termes pratiques. Comme l’amour, le bonheur n’est pas un jeu de hasard, c’est un travail à plein temps. Un jeu de poker, qui combine un peu de chance avec beaucoup de statistiques. Le bonheur est quelque chose dans lequel on s’investit par des actions, par des façons de penser, par la façon de gérer sa colère, de gérer ses insultes et d’accepter ses malheurs. Le bonheur, c’est de savoir comment gagner et perdre. Le bonheur ne dépend pas d’avoir tous ses bras et toutes ses jambes, mais de la façon dont on utilise ceux qu’il reste. Voici quelques conseils que je me donne pour ne pas oublier comment les utiliser :

 

1. demander dépend de ce que les autres vous donnent, obtenir dépend de la façon dont vous essayez.

Personne n’a jamais obtenu un « A » en donnant une bonne excuse pour ne pas faire ses devoirs.

3. La planification vous permet de vous sentir bien avant, pendant et après avoir obtenu ce que vous voulez. Rêver vous fait vous sentir bien jusqu’à ce que vous vous réveilliez.

4. Si tu t’énerves contre les bêtises de tous les imbéciles, tu vas passer ta vie en colère.

5. Voyagez le plus loin possible. Vivez dans autant de pays que vous le pouvez. Trouvez au moins 3 endroits où vous pourriez certainement vivre et parler au moins 3 langues.

6. Passez 8 heures par jour à dormir, 8 heures au travail et 8 heures à la maison. Ce n’est pas impossible, c’est nécessaire.

7. Peu importe à quel point vous essayez de l’éviter, vous vieillirez, vous serez plus lent qu’au début et à la fin vous mourrez. Faites la première chose avec style, pensez que la beauté se déguste plus lentement et acceptez la dernière chose le plus tôt possible.

8. Ne paniquez pas, organisez-vous.

9. Personne n’est indispensable, il n’y a que des gens qui rendent la vie meilleure et parfois pour un temps limité.

10. Le monde sans toi n’existe pas. Votre vie seule et avec le monde contre vous n’en vaut pas la peine. Trouvez l’équilibre entre ces deux choses.

11 « Bats-toi pour tes rêves », c’est probablement ce qu’on a dit à Melendi, et maintenant c’est à nous autres de le supporter. Gardez cela à l’esprit la prochaine fois que vous conseillerez quelqu’un.

12. Pendant les vingt premières années, il vaut la peine d’imiter, de copier, d’inspirer, de plagier, de répéter et de mimer. Alors il est temps de tout laisser derrière soi et d’être vous-même.

13. Tenez-vous devant un miroir. Quoi que tu lui fasses, il te le rend. Sois comme ça avec les gens. Si vous devez rendre quelque chose que vous ne voulez pas rendre, refaites ce que vous feriez devant un miroir : tournez-vous. Sois un miroir, mon ami.

14. Avec un peu de chance et beaucoup d’efforts, vous pourrez changer les choses que vous n’aimez pas chez vous. Changer les autres est totalement hors de votre contrôle et c’est frustrant.

15. Peu de choses causent autant de malheur que de frustration.

16. Vivre au jour le jour vous oblige à travailler deux fois plus dur, mais cela peut vous rendre heureux. Épargner peut vous rendre ennuyeux mais riche. Se lamenter n’a jamais rien fait pour personne.

Il n’y a pas de question sans réponse dans un chapitre Simpsons.

18. savez-vous qu’en cas de catastrophe mondiale, les lignes sont saturées et que vous devez sauver votre peau vous-même parce que les services d’urgence ne répondent pas aux appels ? Voyez Dieu comme le service d’urgence. Si vous voulez prier, priez, mais faites-le en tirant sur des zombies.

19. Si tu l’aimes, continue avec lui, si tu ne l’aimes pas, non. Tu n’as pas besoin d’être ingénieur aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *