Le régime qui a fait de nous des humains

L’alimentation est l’une des clés pour comprendre le présent et l’avenir de l’espèce humaine et pour donner des réponses aux questions qui se posent sur l’évolution de l’alimentation. Elle est consacrée à l’exposition L’alimentation qui a fait de nous des humains, qui est exposée au Musée de l’évolution humaine à Burgos.

Les humains sont connus pour avoir évolué comme omnivores opportunistes. Les dernières études montrent que certains australopithèques utilisaient des outils pour manger de la viande ; cependant, il est très difficile de déterminer si les animaux consommés ont été chassés ou trouvés comme charogne. Il existe de nombreuses preuves que les différents hominidés ont charrié des carcasses d’animaux. Ces pratiques sont compatibles avec la chasse et la cueillette actives depuis des centaines de milliers d’années.

Le régime alimentaire des espèces du genre Homo a toujours été varié en ce sens qu’il comprenait de la viande, de la graisse, des fruits et d’autres légumes ; cependant, ce sont les populations de Néandertaliens qui ont été les premières à inclure habituellement des ressources jusqu’alors consommées de manière sporadique, comme les mollusques et autres animaux marins. Cependant, c’est l’Homo sapiens qui étend véritablement le régime alimentaire de l’homme en consommant toutes sortes de ressources aquatiques (poissons, mollusques, crustacés) et terrestres (tous types de mammifères, oiseaux, plantes, etc.).

L’exposition, qui est présentée dans la salle d’exposition temporaire du musée jusqu’en avril, a été présentée par le directeur du centre, Javier Vicente, le président de l’Institut Tomás Pascual Sanz, Ricardo Martí Fluxá, le commissaire du même et chercheur du Centre national de recherche sur l’évolution humaine (Cenieh), Ana Mateos et le coordinateur général du musée, Aurora Martín. L’exposition est coproduite par le musée et la Chaire Tomás Pascual Sanz-Cenieh.

La cuisine de cette exposition, explique le musée, est basée sur des études minutieuses en laboratoire, qui nous permettent de répondre à des questions telles que l’existence d’un hominidé strictement végétarien, depuis quand nous mangeons du poisson et des mollusques, ou depuis quand nous utilisons le feu pour consommer des aliments, ainsi que l’évolution du mode de conservation.

Du point de vue de notre alimentation actuelle, nous connaîtrons la relation des aliments avec la génétique, les causes des intolérances alimentaires ou la raison pour laquelle nous aimons les aliments savoureux et gras. Et on va même entrer dans les saveurs. Ils sont connus : sucrés, salés, amers et acides, mais peu savent qu’il existe un cinquième appelé umami, découvert par un chimiste japonais.

Il explique également les raisons du cannibalisme de nos ancêtres, certaines des preuves les plus importantes pour leur démonstration sont exposées dans le domaine de l’Homo Antecessor dans le même musée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *