Le sport pendant la grossesse : Qu’est-ce qui est bon pour vous ?

Autrefois, les gens enfilaient simplement leurs baskets et faisaient du jogging, soulevaient des poids dans le gymnase ou jouaient au volley-ball. Avec le test de grossesse positif, les femmes ont souvent des inquiétudes. Beaucoup préfèrent arrêter complètement la formation. Même les gynécologues et les sages-femmes sont souvent encore prudentes lorsqu’il s’agit de recommandations sportives pendant la grossesse. Mais de plus en plus d’études montrent que l’entraînement pendant la grossesse n’est pas nocif.

« Bien sûr, 10 à 15 femmes enceintes sur 100 font une fausse couche dans le premier tiers de la grossesse pour diverses raisons. Cependant, ces fausses couches ne sont pas causées par l’activité sportive « , explique le professeur Uwe Hasbargen, directeur du Centre périnatal Großhadern de la Clinique et Policlinique de gynécologie et d’obstétrique de la Clinique de l’Université de Munich. Dès que les battements cardiaques de l’enfant peuvent être détectés par échographie et que tout va bien pour la mère et l’enfant, rien ne s’oppose à l’activité physique selon Hasbargen.

 

Les femmes enceintes sportives ont un accouchement plus facile

Au contraire, il a des avantages. Les femmes enceintes actives souffrent moins de maux de dos, de varices et d’hypertension artérielle, prennent moins de poids et développent moins fréquemment un diabète gestationnel. Ceci est confirmé par une méta-analyse dans laquelle 2059 femmes enceintes de poids normal réparties au hasard dans un groupe aérobique (1022) ou non sportif (1037) ont été incluses. La première faisait de l’aérobie trois à quatre fois par semaine pendant 35 à 90 minutes et présentait un risque significativement plus faible de diabète gestationnel et d’hypertension artérielle.

Autre avantage : « Les femmes enceintes sportives sont en meilleure forme que les femmes non sportives. Cela facilite leur naissance « , explique le Professeur Dr Christine Graf, médecin du sport à l’Université allemande du sport à Cologne. Uwe Hasbargen le voit aussi ainsi : « Les femmes enceintes qui font du sport ont une meilleure perception de leur corps et sont activement impliquées dans l’accouchement ». Les bébés bénéficient également d’une bonne condition physique pendant neuf mois. Les enfants de femmes enceintes formées ont une meilleure production métabolique et sont moins susceptibles d’avoir un excès de poids. Il n’y a qu’une chose que les amateurs de sport ne devraient pas faire quand elles sont enceintes : Faites du jogging par temps chaud. « Le fœtus ne doit pas surchauffer », prévient Hasbargen.

 

Études : Le sport ne déclenche pas les naissances prématurées

La rumeur selon laquelle les femmes enceintes devraient plutôt se reposer est toujours d’actualité. « Beaucoup de gens croient que des stimuli mécaniques comme les balancements pendant le jogging ou le saut peuvent déclencher une naissance prématurée « , explique le professeur Dr Frank Nawroth, gynécologue à Hambourg. « Mais la nature ne fonctionne pas comme ça. Les naissances prématurées ne sont probablement pas ou seulement rarement déclenchées par des stimuli mécaniques. » Des études montrent même que les nouveau-nés ont une plus grande tolérance au stress s’ils ont été exposés à des vibrations dans l’utérus. « Jusqu’à présent, aucune étude n’a démontré un effet nocif du sport pendant la grossesse. Au contraire, il a même été démontré que l’activité physique a des effets positifs, qu’elle vous rend apte à la naissance et, par exemple, qu’elle réduit le risque d’accouchement par césarienne « , dit Nawroth.

Ceci est également confirmé par la méta-analyse susmentionnée. Les résultats de l’étude donnent également le feu vert quant à un risque possible de naissance prématurée. « Les femmes n’ont pas à arrêter de faire du sport quand elles tombent enceintes. Qui est en bonne santé, peut s’accabler. L’activité physique pendant la grossesse n’augmente pas le risque d’accouchement prématuré « , rassure Hasbargen. Il commémore la sportive Alysia Montaño, coureuse américaine de moyenne distance. Elle a fait sensation dans le monde entier en juin 2014, alors qu’elle était enceinte de huit mois et a couru une course de 800 mètres au Championnat américain d’athlétisme à Sacramento – en deux minutes et 32 secondes, sans conséquences négatives pour la mère et l’enfant. « Bien qu’elle ait été la dernière à terminer, elle s’est quand même bien amusée en tant que femme enceinte à son huitième mois « , dit le médecin munichois.

Restreindre moins, donner plus de liberté aux femmes – telle est la conclusion des médecins qui ont abordé la question du sport pendant la grossesse. « On peut faire presque tous les sports où l’on se sent bien « , dit Graf. Et rien ne s’oppose non plus à de nouveaux débuts sportifs. Les femmes ne devraient être prudentes et demander à leur médecin si elles ont des doutes sur les risques tels que les saignements, les contractions prématurées ou les sports qui peuvent causer des blessures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *