Voyager en avion général information

Il suffit de 36 heures pour faire le tour du monde en avion : un temps bien inférieur à la période d’incubation de la plupart des maladies transmissibles que l’on peut contracter dans les différents pays du monde. Année après année, de plus en plus de gens font des voyages internationaux, même dans des pays en voie de développement qui, dans le passé, étaient des destinations peu connues : la réduction du coût des vols a offert à beaucoup, en fait, la possibilité de visiter des pays lointains, souvent pour la première fois.

Les plus de 700 millions de voyageurs qui voyagent autour du monde chaque année courent un risque important de tomber malade et de devenir un vecteur d’infection pour les autres lorsqu’ils rentrent chez eux. Chaque voyageur doit être conscient que la protection de sa propre santé passe aussi par la protection de la santé d’autrui et que, pour ce faire, il est également nécessaire de respecter la culture et l’environnement de la destination du voyage.

Ces dernières années, les autorités sanitaires du monde entier ont compris l’importance de protéger la santé contre d’éventuelles flambées d’infection ou des situations sanitaires et d’hygiène précaires dans les pays visités. D’une part, le risque peut être minimisé grâce à des précautions appropriées, une prophylaxie et des vaccinations, prises avant le départ. D’autre part, l’identification et le traitement en temps opportun d’une maladie importée sont essentiels pour prévenir sa transmission à d’autres, jusqu’à ce qu’elle devienne un grave problème de santé publique.

Avant de commencer votre voyage

Pour réduire le risque de tomber malade ou d’avoir un accident à l’étranger, il est préférable de consulter votre médecin 4 à 6 semaines avant votre départ. Les facteurs généraux à prendre en compte sont les suivants :

  • maladies ou troubles préexistants
  • l’état vaccinal (y compris la possibilité de se faire vacciner contre les maladies endémiques à la destination du voyage)
  • allergies aux aliments ou aux médicaments
  • prescriptions médicales en cours
  • tout voyage déjà fait.

 

Selon la destination du voyage, il faut alors considérer tous ceux qui peuvent devenir des facteurs de risque :

  • la nourriture et l’eau, souvent pas complètement purifiées dans de nombreux pays du monde
    des conditions environnementales auxquelles l’organisme n’est pas habitué (altitude, sécheresse, températures trop élevées)
  • présence de parasites dans l’environnement et chez les animaux avec lesquels il peut entrer en contact (des
  • insectes aux divers invertébrés, en passant par les volailles)
  • les comportements sexuels qui peuvent augmenter le risque de transmission d’infections.
  • Les caractéristiques du voyage et de la destination sont également importantes : itinéraire, lieu et durée du
  • séjour, conditions d’hygiène, raison du voyage (tourisme, affaires, études, mission humanitaire, etc.), saison de l’année, exposition possible aux facteurs de risque, épidémies en cours.
  • Il y a aussi des catégories de personnes particulièrement vulnérables qui ont besoin de plus d’attention pendant la vision : les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées, mais aussi les personnes qui se préparent à faire un voyage « aventureux ».

 

Prophylaxie et vaccinations

La vaccination peut être un moyen efficace de prévenir bon nombre des maladies que vous pourriez contracter en voyage. Lorsque vous êtes sur le point de partir, vous devez d’abord vérifier que vous êtes en conformité avec les vaccinations exigées par le programme national. En Italie, en particulier, les vaccinations contre la diphtérie et le tétanos (Dt), la poliomyélite (Ipv) et l’hépatite B (Hb) sont obligatoires, tandis que celles contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (Mpr) et Haemophilus influenzae b (Hib) sont fortement recommandées.

Selon la destination du voyage, des vaccins ou une prophylaxie spécifique contre certaines maladies seront recommandés. Aujourd’hui, aucun pays n’exige plus de certificat de vaccination contre la variole et le choléra. Le seul certificat qui doit être exigé en voyage international, pour certains voyageurs seulement, est le certificat contre la fièvre jaune. De nombreux pays exigent un certificat de vaccination international valide pour les voyageurs arrivant de zones infectées ou transitant par de telles zones, tandis que d’autres exigent un certificat de tous les voyageurs entrants, y compris ceux en transit. Cette dernière obligation va au-delà de ce qui est stipulé dans le Règlement sanitaire international, mais la vaccination est fortement recommandée pour les voyages en dehors des zones urbaines dans les pays situés dans les zones endémiques de la fièvre jaune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *